Publicité index

Pub articles cadre

Présentation

Madame Frédérique LE HOUEDEC, directrice du développement de Future Electronics, répond aux questions de E-news, la newsletter de Métropolitan.

Nous remercions Frédérique LE HOUEDECde nous avoir permis de reproduire cette interview dans www.led-fr.net

Interview

E-news : Quelles sont les activités de Future Electronics en France et dans le monde ?

Frédérique LE HOUEDEC : "Future Electronics est l’un des grands distributeurs mondiaux de composants électroniques. Les ventes de composants électroniques ne cessent de continuer à progresser. Cette année nous estimons le marché mondial supérieur à 240 milliards de $. En tant qu’acteur majeur de ce marché, nous disposons du plus grand stock de composants sur quatre continents.

A l’échelle mondiale, depuis plus de 5 ans, nous avons dédié une partie de nos ressources à la commercialisation d’une nouvelle famille de semi-conducteurs : les LEDs (Diodes Electroluminescentes) de puissance. Cette entité, nommée Future Lighting Solution, est le partenaire exclusif de Philips Lighting Lumileds et commercialise ces nouveaux composants auprès d’industries nécessitant des sources lumineuses propres, puissantes et compactes.

L’offre complète de Future Lighting Solution permet la réalisation de sous ensembles complet équipés des LEDs LUXEON ®, d’optique, d’alimentation, de câbles et de connecteurs."

E-news : Quelles sont vos activités en matière d’éclairage public ?

FLH : "Si les LEDs étaient réservées à un usage décoratif, les LEDs de puissance entrent à grands pas dans l’éclairage général. Ces sources permettent de remplacer sans conteste les sources telles que les lampes à filament, les halogènes ou les fluorescents. Elles ont déjà conquis les marchés de l’automobile, du rétro éclairage des écrans LCD, des vidéo projecteurs, et aussi du téléphone portable. Le grand challenge est maintenant l’éclairage général extérieur.

Tous les fabricants de sources lumineuses ne s’y sont pas trompés puisque chacun acquiert cette nouvelle technologie grâce à des rachats ou des alliances.

Au delà de Philips Lighting Lumileds, il faut citer également Osram à travers le rachat de Siemens Division Opto ou encore, très récemment l’alliance de General Electrics et d’un fabricant japonais de LEDs, Nichia. Cette évolution vers la technologie des semi-conducteurs des 3 grands acteurs mondiaux démontrent clairement l’enjeu de cette innovation.

Tous les types d’éclairage sont aujourd’hui concernés par cette adoption et l’éclairage public n’y échappera pas…"

E-news : Quel est le rôle des semi-conducteurs dans l’éclairage du domaine public ?

FLH : "Ce type de semi-conducteur est déjà présent dans de nombreuses applications publiques.

Le premier marché ayant systématisé cette adoption, est le feu tricolore depuis plus de 5 ans. Les avantages pour les usagers sont la durabilité de l’éclairage, la luminescence comparativement aux anciennes technologies lampes et les économies d’énergie réalisées. Ce sont autant d’impôts économisés.

Hormis les mises en lumière de nos villes, éclairage de pont, mise en valeur de notre patrimoine, balisage de nos routes, nos industriels n’ont pas encore adopté les LEDs pour le marché des lampadaires. On doit tenir compte que les LEDs n’ont pas encore atteint les performances des sources iodures métalliques ou sodium haute pression. Au-delà de la performance, il faut considérer cette technologie comme une rupture technique. On constate aujourd’hui que l‘industrie de l’éclairage éprouve quelques difficultés à appréhender cette nouvelle technologie. On doit faire appel à des compétences électroniques et non plus électriques ou mécaniques.

On assiste à la naissance de nombreuses entreprises donc le cœur de métier est la mise en œuvre de produits d’éclairage électroniques."

E-news : Qu’est ce qu’une LED ?

FLH : "Les Diodes Electroluminescentes (LEDs) sont des dispositifs optoélectroniques à base de semi-conducteurs et appartiennent donc au monde de l’électronique. Les propriétés de l’électroluminescence dans les semi-conducteurs ont été découvertes en 1922, puis industrialisées à partir de 1960 sous la forme de diodes de couleur. Pendant très longtemps, ces diodes ont été utilisées comme voyants dans les produits électriques et électroniques avant d’être adoptées dans des nouvelles applications telles que le balisage ou encore la signalisation."

E-news : Ces nouvelles technologies représentent-elles une révolution ? Si oui, en quoi ?

FLH : "En fait, il s’agit d’une rupture technologique comparable à celle du téléphone portable.

La raison majeure est la dématérialisation des sources lumineuses. Celles-ci deviennent transportables et la création, l’imagination de nos industriels et de nos architectes fera le reste.

Mais si révolution il y a, elle doit venir du concept même de l’éclairage grâce a ces nouvelles sources lumineuses: doit-on continuer à inonder de lumière nos habitats, nos rues, nos villes, ou concentrer la lumière là ou c’est nécessaire ? Nos élus, nos politiques, nos associations, nous parlent aujourd’hui de pollution lumineuse, mais aussi d’économie d’énergie. Cette source peu coûteuse en énergie permet de baliser, de sécuriser, de mettre en lumière toute type de situation."

E-news :Quelles sont les utilisations actuelles de l’éclairage géré par l’électronique ?

FLH : "Cette technologie nous entoure et la liste des réalisations commence à être longue : monuments, ponts, places, aéroports.

Si je devais citer un exemple pour le succès de la mise en lumière, ce serait la place Stanislas à Nancy, et un exemple pour la complexité de la réalisation, ce serait l’éclairage de Mona Lisa au Louvre."

E-news : Et les utilisations futures ?

FLH : "Pour illustrer les prospectives de ces LEDs de puissance, la voiture est un très bon exemple. Certains constructeurs de véhicules utilisent déjà à l’avant, la LEDs pour la fonction "feu-jour", exemple Audi. Le prototype Audi Le Mans avait permis de rêver à un éclairage avant entièrement basé sur des LEDs blanches. De nombreux constructeurs automobiles ont définitivement adoptés la LED dans leurs futurs modèles.

La performance de ces LEDs ne cesse de croitre. Dans les 3 prochaines années, nous commercialiserons des produits standards pouvant délivrer un flux de 600 lumens par point et ayant un rendement moyen de 150Lm/W : une seule LEDs remplacera l’halogène de votre salon.

Le champ expérimental est vaste. Peut-on intégrer les sources directement dans les immeubles, les maisons, les routes ?"

E-news : Les LED permettent-elles d’importantes économies par rapport aux éclairages classiques ?

FLH : "On n’envisage pas assez l’adoption des LEDs sous cet aspect. Cet avantage concurrentiel est peu mis en avant, alors que le département de l’énergie aux USA publie des évaluations précises sur ce sujet. (“Energy Savings Estimates of Light Emitting Diodes in Niche Lighting Applications”-U.S. Department of Energy - November 2003)

A titre d’exemple, la ville de New York a adopté les LEDs de puissance pour son éclairage public. La raison fondamentale est la réduction de la facture d’électricité de 400 M$ par an. Beaucoup d’applications, les feux de trafics, le balisage, les publicités lumineuses, les guirlandes festives, l’éclairage public, devraient participer à cette conscience énergétique."

E-news : Ces nouvelles technologies sont-elles plus performantes ? Est-ce quantifiable ?

FLH : "Les arguments recommandant l’usage des LEDs de puissance sont nombreux, à commencer par la durée de vie supérieure à 50 000 heures. Ces sources sont robustes et résistent aux chocs et aux vibrations, ce qui veut dire qu’il n’y a pas de rupture de l’éclairage. La gestion par un dispositif électronique de la source permet de régler l’intensité lumineuse, mixer plusieurs couleurs, obtenir un allumage instantané y compris dans des conditions climatiques extrêmes puisque la plage d’utilisation de ces composants est de -40° C à +85° C. Le coût de mise en œuvre des dispositifs LEDs limite son adoption, cependant le prix de ces sources a été divisé par 2 au cours de ces 12 derniers mois."

E-news : Que conseilleriez-vous aux décideurs des collectivités pour optimiser leurs investissements en la matière ?

FLH : "Nous avons une grande compétence à travers les concepteurs et architectes lumières. Ceux-ci ont été les premiers à s’informer, et ils maîtrisent aujourd’hui l’usage des LEDs. D’autre part, les prestations des industriels français et européens ne cessent de s’élargir. Des catalogues de produits standards sont mis à disposition des collectivités. Un nombre important d’entreprises produit des dispositifs sachant allier le couple LEDs de puissance et l’alimentation par panneaux solaires. Nous disposons de nombreux exemples sur notre site internet."

E-news : Existe-t-il des sources d’informations en ligne, des salons, des groupements de réflexion à propos de l’éclairage électronique ?

FLH : "La plupart de nos sources d’information en ligne sont anglophones : Composoundsemiconductor.net, Ledsmagazine, Lightimesonlines en ce qui concerne la technologie des semi conducteurs.

Cependant, l’AFE, Association Française de l’Eclairage, est incontestablement le groupement le plus connu en France et regroupe le plus grand nombre d’adhérents autour de la lumière. Il faut aussi citer le GIL et l’ACE, deux groupements associatifs particulièrement attentifs à l’usage des LEDs de puissance.

Les salons dédiés à la lumière sont Intel à Milan, Light & Building à Francfort, Plaza à Londres. En France nous avons des salons dédiés à des corporations ou les industriels de la lumière sont présents : Equipmag, Visualcom, Lumiville, vitrines et tendances."


 

EuroLED

 

Actualités

Copyright © 2018 Portail d'information sur les LEDs, les OLEDs et éclairage. All Rights Reserved. Designed by JoomlArt.com. Joomla! is Free Software released under the GNU General Public License.