Publicité index

Pub articles cadre

Auteur : Laurent Massol, responsable de la société LED Engineering Development

Paragraphes de l'article

Energie - logo

1.Introduction générale
2.Les différents types d’alimentation
3.1.Technologie à phosphore
3.2.Technologie RGB
4.Conclusion, remarques et bibliographie


2. Les différents types d’alimentation

Les alimentations et autres régulateurs stabilisés délivrent soit une tension de sortie fixe soit un courant de sortie constant.

Les LEDs doivent être pilotée en courant, c’est-à-dire que l’électronique de pilotage des LEDs doit pouvoir fixer le courant qui les traverse, indépendamment du nombre de LEDs que l’on met en série.

Les deux modes de pilotage les plus courant sont :

  1. Contrôle en courant continu
  2. PWM (courant pulsé)

2.1. Contrôle en courant continu

La relation qui lie la tension et le courant d’alimentation des semi conducteur émissifs (les LEDs) n’est pas linéaire. Ainsi, une petite augmentation de tension appliquée à la LED peut entraîner une augmentation importante du courant et donc du flux lumineux.

Plus important, une trop grande augmentation de la tension aux bornes des LEDs entraîne un passage de courant trop important pouvant détériorer le composant.

C’est pour cela qu’un pilotage des LED en courant est préférable (à un pilotage en tension), afin de maîtriser le flux lumineux en sortie d’une part, et d’autre part à s’assurer que le courant dans la LED ne dépasse pas le seuil maximum.

De plus, les coordonnées chromatiques des LEDs blanches peuvent varier en fonction du courant d’alimentation. Ainsi, si on effectue un pilotage de plusieurs LEDs en parallèle, (c'est-à-dire un pilotage en tension), le courant qui traverse chaque LED est différent et il peut y avoir des différences significatives en coordonnées chromatiques entre chaque LED. (Cf. Fig. 1)

Figure 1 - Evolution des coordonnées chromatiques en fonction du courant

2.2. PWM

Ce mode de pilotage (Cf. Fig. 2) est le plus couramment utilisé pour les LEDs de puissance (entre autre) car celles-ci sont très peu sensibles à une alimentation pulsée (PWM = pulse width modulation).

Il permet de gérer la fonctionnalité « dimming » (variation du flux de la LED) grâce le plus souvent à des drivers de LEDs. Ces composants tout intégrés sont le plus souvent accompagné d’une inductance, de capacités, d’une diode, de transistors de puissance et quelques résistances.

Figure 2 - Valeur moyenne de la tension en fonction du rapport cyclique

 

EuroLED

 

Actualités

Copyright © 2021 Portail d'information sur les LEDs, les OLEDs et éclairage. All Rights Reserved. Designed by JoomlArt.com. Joomla! is Free Software released under the GNU General Public License.